03/03/2009

Sans concession, aucune...

Sujet très, très épineux…Et pourtant, il faut en parler !

 

Dessiner, c’est apprendre à observer et ressentir l’objet ou le paysage et en devenir "partie intégrante".

Il faut acquérir des notions techniques qui permettent à l’artiste d’exprimer au mieux son message.

La perspective, les "rendus" , l’étude des formes, les pleins et déliés, le nombre d’or, la mise en page et la composition dynamique demandent à être assimilés ou au minimum, communiquées.

Il est vrai que la perspective ne fait pas un artiste mais un artiste doit posséder la perspective à fond pour libérer et extérioriser son art loin de tout souci technique.

Lorsque l’élève aura bien assimilé les notions fondamentales du dessin géométrique, il en comprendra immédiatement la valeur pratique aussi  bien en ce qui concerne leur utilisation dans le dessin d’après nature que dans le dessin décoratif ou encore, lors de l’étude de la perspective ou du dessin professionnel.

Malheureusement, la société a tendance à "leurrer" les jeunes et à leur faire croire qu’ils seront tous artistes avec l’unique condition de faire quelque chose !

Là, c’est le chien qui se mord la queue ou du moins qui essaie de se la mordre sans jamais y parvenir et s’il y parvient, il s’aperçoit que cela fait très mal…

On attache tant d’importance au sport car le sport c’est la santé, la jeunesse et l’argent aussi.

Je n’ai rien à reprocher au sport, bien au contraire car il offre au jeune la possibilité de se développer et l’art…non ?Apprendre à voir correctement est inutile ? Apprécier la forme d’un objet, découvrir la nature par l’observation…inutile ?

Maintenant on s’en fou, nos soi-disant artistes savent qu’en jetant de la couleur sur un panneau, qu’en exposant des langes souillés (je l’ai vu), provoquent une rupture dans notre société de pensée et qu’à côté de ça Rembrandt, Van Gogh, Rubens ne sont que de vieux peintres démodés.

On est en plein dedans, ceux qui ne savent pas dessiner se sont dits « Il y a peut-être du fric à se faire », mais comment s’insérer ?  

Il faut profiter de cette confusion sociale pour agir et imposer la dictature artistique ! Et ils ont réussis mais les bernés c’est nous !

Plus rien ne communique dans le domaine artistique, il n’y a plus de message, plus de recherche, il faut "sous titrer" l’œuvre pour expliquer au publique ce qu’on n’a pas pu ni su exprimer…

Ne croyez surtout pas que je mette tous les artistes dans le même panier, aujourd’hui  les "vrais" restent dans l’ombre à cause de l’intolérance politico-sociale quasi dictatoriale !

Il suffit tout simplement de demander à un snobinard de l’art de réaliser un tableau figuratif ou même de lui demander d’essayer et vous verrez le résultat, au mieux il essaiera de s’en sortir en discutant et en intellectualisant son art pour camoufler son incompétence. Par  contre demandez à un peintre figuratif de réaliser un tableau contemporain (comptant pour rien ou content pour rien…à votre guise) et il a toutes les chances de réussir car il peu faire n’importe quoi, c’est bon.

Faut dire que personne n’ose critiquer au risque de se faire molester par les technocrates de l’art qui vous traiteront d’ignorant.

Belle manœuvre car maintenant, ils ont obtenu le  monopole et certaines  écoles abandonnent l’enseignement des bases fondamentales du dessin pour préserver leur clientèle et éviter d’être traitées de ringarde.

Même les conservateurs de musée craignent de passer à côté de l’œuvre du siècle en prenant n’importe quoi, jusqu’à retirer un James Ensor pour mettre un carré de couleur ! 

J’oubliais les critiques d’art qui se camouflent derrière des pseudos et si ce n’est pas le cas ils n’ont de compétence que le verbe incompréhensible. Certains n’ont jamais tenu de crayon ni même suivi un cours artistique. Ce sont les plus dangereux car ils utilisent les médias pour diffuser leur impuissance et le peuple (j’en fais partie) doit digérer l’avis d’un seul personnage.

Arrêtons toute hypocrisie, même le choix des œuvres, lors d’un concours  s’opère à huis-clos et celles qui ne sont pas retenues disparaissent dans la nature…Les membres du jury n’ont rien à craindre car personne ne connait leur véritable choix.

Pourquoi ne pas rétablir le « salon des refusés » ou les gens pourraient  approuver ou condamner la sélection du jury. Plusieurs tentatives ont été faites mais sans succès…pas gai d’être membre de jury quand on ne peut pas faire n’importe quoi.

Oh, ne croyez pas que je sois pessimiste car la crise artistique existe depuis bien plus longtemps que la crise économique que nous connaissons mais je suis fatigué de ce snobisme artistique de mauvais gout. En plus, vous allez me dire « tous les gouts sont dans la nature » et vous avez totalement raison mais je vous répondrai ceci « pourquoi manger tous les jours la même chose quant on peu varier » et en plus ce que vous mangez tous les jours c’est de la pâtée pour chien … il est vrai que certains aiment cette nourriture.

Bref, soyons critique et travaillons pour découvrir ce que le dessin ou la peinture ont d’infini…après on verra !

                                                            A suivre...                                                                              

                              

 

13:21 Écrit par Mid@s dans réflexion sur l'art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.