16/02/2009

Soyons plus précis...

 

 

Au risque de me répéter : de plus en plus nombreux sont ceux qui, lorsqu'ils entendent le mot "pensée", sortent leur culture.

Ce livre est le récit de leur ascension et de leur triomphe.

« Les coutumes sont légitimes parce qu'elles sont séculaires.

Plus un ordre est ancestral, plus il mérite d'être préservé - Si telle opinion commune a traversé les siècles, c'est qu'elle est vraie. Toute métaphysique abolie, il n'y a de vérité que dans la longévité des choses.

Il aurait fallu renouer le lien rompu avec les générations antérieures; remplacer la quête de l'autonomie par celle de l'authenticité.

Afin de purger le présent de tout impérialisme culturel, les historiens ne déroulent plus le fil du temps, ils le brisent et nous enseignent à ne pas retrouver dans nos ancêtres l'image ou l'esquisse de nous-mêmes. A l'encontre de leur vocation traditionnelle qui était de nous rendre la mémoire de notre passé.

Bref, les historiens déploient l'aventure humaine dans sa dispersion, au lieu de la ramener à une forme unique ou de l'inscrire sur une même ligne évolutive.

La barbarie a donc fini de s'emparer de la culture. A l'ombre de se grand mot, l'intolérance croît, en même temps que l'infantilisme. Quand ce n'est pas l'identité culturelle qui enferme l'individu dans son appartenance et qui, sous peine de haute trahison, lui refuse l'accès au doute, à l'ironie, à la raison.

A tout ce qui pourrait le détacher de la matrice collective c'est l'industrie du loisir, cette création de l'âge technique qui réduit les œuvres de l'esprit à l'état de pacotille. »

19:07 Écrit par Mid@s dans réflexion sur l'art | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonjour JC le lien sur mon blog est mis, je vous que tu n'as pas encore mis le mien??, à +, Huguette

Écrit par : huguette | 17/02/2009

Les commentaires sont fermés.